Communication de Monsieur le Ministre des Eaux et Forêts à la Cop 24

Accueil/Cooperation, Politique Nationale/Communication de Monsieur le Ministre des Eaux et Forêts à la Cop 24

Honorables participants,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais vous souhaiter la bienvenue à cette séance de travail consacrée à la présentation de la nouvelle politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts ivoiriennes.
Je saisirai également l’occasion pour expliquer dans ses grandes lignes, la mise en œuvre du Cadre d’Action Commune de l’Initiative Cacao et Forêts en Côte d’Ivoire, depuis sa signature en marge de la COP 23, en novembre 2017 à Bonn.
Mesdames et Messieurs,

La Côte d’Ivoire a connu un fort recul de sa couverture forestière qui est passée de 16 millions d’hectares en 1900, à 3,4 millions d’hectares en 2015.
Les causes de ce recul sont entre autres : l’agriculture extensive, l’exploitation mal maîtrisée des forêts pour satisfaire les besoins en bois d’œuvre et en bois énergie, l’exploitation minière illégale, l’urbanisation et l’insuffisance de la capacité de la puissance publique à faire respecter sur le terrain les textes réglementaires devant protéger les forêts.

L’Etat ivoirien est conscient des enjeux tant au niveau social, environnemental qu’économique de la déforestation et de la dégradation des terres sur la vie des populations. C’est en cela qu’il a pris ses responsabilités à travers deux actes majeurs pour préserver et restaurer les forêts, à savoir :

  • d’abord, la signature en novembre 2017, du Cadre d’Action Commune de l’Initiative Cacao et Forêts visant à éliminer la déforestation de la chaîne d’approvisionnement du cacao ;
  • ensuite l’adoption en mai 2018, de la nouvelle politique de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts.

En ce qui concerne la politique forestière, il convient de relever qu’elle a été élaborée selon un processus participatif, incluant la société civile, le secteur privé et les partenaires techniques et financiers.

Cette nouvelle politique vise quatre objectifs majeurs, à savoir :

  • primo, la préservation de la biodiversité. Il s’agit de préserver la biodiversité qui contribue, par les opportunités qu’elle offre au plan de la sélection génétique, à l’amélioration des performances de l’agriculture et de la foresterie. Elle vise également la conservation et la protection des molécules qui pourront être exploitées par l’industrie pharmaceutique.
  • Secundo, la préservation d’un climat national propice aux activités agricoles et à la qualité du cadre de vie. Cet objectif permettra de préserver et de reconstituer un environnement favorable au développement agricole, à l’amélioration de la qualité du cadre de vie, à la protection des sols et à la régulation du cycle de l’eau.
  • Tertio, le respect des engagements en faveur du climat mondial. L’Etat de Côte d’Ivoire a pris plusieurs engagements dans le cadre de l’Accord de Paris de décembre 2015. Ces engagements contribueront à lutter contre les changements climatiques, créant ainsi les meilleures conditions pour la réhabilitation des forêts et la séquestration du carbone.
  • Quatro, le développement social et économique. Il s’agit de fournir les ressources nécessaires au maintien et au développement d’une industrie du bois durable et compétitive, à la satisfaction des besoins des populations en bois énergie. Il s’agira par ailleurs, de façon raisonnée, de récupérer les espaces dégradés pour y développer de nouvelles activités agricoles, diversifiées, rentables, durables et préservatrices de l’environnement.

En somme, cette Politique est centrée sur la gestion différentielle des forêts et elle accorde une place de choix à la promotion de l’agroforesterie. Ce choix volontariste, initié en toute responsabilité, traduit la volonté de l’Etat ivoirien d’allier la préservation des ressources forestières et la production durable des ressources agricoles, tout en maintenant son leadership au niveau mondial dans la production des matières premières agricoles.
En outre, l’introduction du concept « d’agroforêt » dans la politique nationale vise d’une part à concilier la foresterie et l’agriculture, et d’autre part, à protéger et à étendre le patrimoine forestier résiduel. La mise en commun de la foresterie avec l’agriculture renforcera la maîtrise de la déforestation et contribuera à encadrer les cultures en forêt.

Mesdames et Messieurs,

Afin de faciliter la mise en œuvre de la nouvelle politique forestière, le Gouvernement ivoirien, à travers le Ministère des Eaux et Forêts, a engagé des actions importantes, notamment :

  • L’élaboration en cours de la stratégie de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts. Son budget est estimé à 616 milliards de FCFA, soit 939 millions d’Euros ;
  • L’élaboration d’un projet de code forestier diffusé à l’ensemble des partenaires concernés. Ces derniers y ont apporté leurs commentaires et contributions. Le projet de code ainsi révisé est dans le circuit d’approbation.
  • La mise à disposition du Ministère des Eaux et Forêts, d’une dotation budgétaire de 4 milliards de FCFA, soit plus de 6 millions d’Euros par le Gouvernement. Cette dotation a été utilisée pour équiper les services déconcentrés (24 Directions régionales, 29 Directions départementales, 118 Cantonnements et 191 Postes) en véhicules et en motos, ainsi que l’équipement de la Brigade de Surveillance et d’Intervention afin de les rendre opérationnels pour la réalisation de leurs missions de surveillance et de préservation des forêts.

Mesdames et Messieurs,

Concernant le Cadre d’Action Commune de l’Initiative Cacao et Forêts, il convient de noter qu’il a été signé en novembre 2017, en marge de la Cop 23 à Bonn, en Allemagne, par les gouvernements de Côte d’Ivoire et du Ghana, avec une trentaine d’entreprises de l’industrie du cacao et du chocolat.

A la suite de cette signature, nous avons organisé à Abidjan, en Côte d’Ivoire, un atelier de lancement de l’Initiative Cacao et Forêts, les 17 et 18 janvier 2018, avec l’ensemble des parties intéressées. A cet atelier, les bases de l’opérationnalisation du Cadre d’Action Commune ont été définies. Ainsi,
d’importantes réalisations ont été faites, qui méritent d’être partagées avec vous, notamment :

Au titre de la gouvernance,

  • La formalisation des organes de gouvernance du Cadre d’Action Commune actée par la prise d’un arrêté interministériel le 03 juillet 2018. Cet arrêté a été signé par sept (7) ministres concernés par l’Initiative Cacao et Forêts.
    Les organes de gouvernance du Cadre d’Action Commune sont :
    (i) le Comité de Pilotage chargé de donner des orientations et d’approuver les budgets et plans d’actions ;
    (ii) le Comité Technique chargé de faire des propositions au Comité de Pilotage ;
    (iii) le Secrétariat Technique, avec pour rôle de superviser les travaux des groupes de travail et
    (iv) six Groupes de travail chargés de préparer le plan d’action détaillé, le budget détaillé, d’assurer le suivi-évaluation et de faire des propositions techniques.
  • La création au sein du Ministère des Eaux et Forêts d’une Unité de Coordination des Projets de l’Initiative Cacao et Forêts a vu le jour en août 2018 par arrêté ministériel, afin de constituer une équipe spécialement dédiée à l’Initiative Cacao et Forêts chargée d’assurer la supervision de sa mise en œuvre au quotidien ;
  • Au titre de la mise en œuvre du contenu technique du Cadre d’Action Commune

  • L’élaboration et l’approbation du plan d’actions détaillé par le Comité de Pilotage, en sa séance du 29 juin 2018. Le Plan d’actions détaillé couvre les six thématiques ou composantes suivantes :
    (i) Préservation et réhabilitation des Forêts,
    (ii) Production durable et Agroforesterie,
    (iii) Traçabilité,
    (iv) Inclusion sociale,
    (v) Financement, et
    (vi) Suivi-évaluation.

Le plan d’actions est structuré en deux phasesà savoir, une phase de démarrage ou phase pilote de trois ans couvrant la période 2018 à 2021 exécutée dans cinq régions pilotes ; puis une phase d’extension d’une durée de dix ans, couvrant la période 2021à 2032.

  • L’élaboration et l’approbation du budget détaillé de la phase de démarrage par le Comité de Pilotage en sa séance du 08 novembre 2018. Le montant du budget approuvé est de 126 milliards de FCFA, soit 192 millions d’Euros. Il sera ajusté dès la finalisation des plans d’actions individuels des entreprises signataires.
  • L’actualisation de la cartographie des parcs et réserves à l’exception d’un seul parc (Mont Péko) qui sera actualisé avant la fin de l’année.
  • La définition des indicateurs de performance sous la direction du secrétariat de la Redd+.

Mesdames et Messieurs,

Il convient de relever que des actions importantes restent à poursuivre ou à entreprendre pour la mise en œuvre des actions concrètes sur le terrain et espérer avoir des impacts tangibles au terme des trois années de la phase de démarrage.

Il s’agit notamment de :

  • L’organisation d’une table ronde avant la fin de l’année 2018 ou au début de l’année prochaine en vue de la mobilisation des ressources financières auprès des bailleurs de fonds et des Partenaires Techniques et Financiers. Avant cette table ronde, le Secrétariat Technique a déjà engagé des concertations bilatérales avec les partenaires techniques et financiers (Banque mondiale, BAD, PNUD, GIZ, etc. ) en vue de rechercher les synergies avec les initiatives similaires et déterminer les gaps qui requièrent des ressources additionnelles.
  • La définition des mesures de sauvegarde environnementale et sociale avant la fin de l’année 2018. Il convient de noter que le gouvernement a déjà adopté ces mesures dans le cadre de la stratégie nationale Redd+ et du projet d’investissement forestier financé par la Banque mondiale. Des rencontres sont prévues dans cette optique dans le courant de ce mois de décembre avec les experts de la Banque mondiale et du Redd+
  • La réalisation de l’étude relative à la création du fonds destiné au financement des actions de l’Initiative Cacao et Forêts, pour la fin du premier trimestre 2019 au plus tard : la mobilisation de financements en faveur de l’initiative demeure la condition sine qua non de succès du processus.
  • La réalisation de l’étude relative à la mise en place du système de traçabilité unifié du cacao. Les termes de référence de l’étude élaborés par le groupe de travail présidé par le Conseil du Café-Cacao sont disponibles. Le plan d’action du système national de traçabilité pourrait être disponible d’ici à la fin 2019. Le gouvernement accorde la priorité à la traçabilité qui introduira de la transparence dans la chaîne d’approvisionnement du cacao.

Cette traçabilité permettra entre autres, de vérifier l’origine du cacao produit depuis le premier point d’achat jusqu’à l’exportateur.

Mesdames et Messieurs,

La liste des actions à réaliser est relativement longue. Mais, je peux affirmer que les groupes de travail et le secrétariat technique sont à la tâche et respecteront le chronogramme contenu dans le plan d’action détaillé.

Il est bon de relever que certains des engagements pris dans le Cadre d’Action Commune connaissent un niveau de réalisation très avancé. Il s’agit notamment des engagements suivants :

  • Arrêter de s’approvisionner en cacao provenant des Parcs nationaux et Réserves : cet engagement est effectif ;
  • Actualiser les cartes du couvert forestier et de l’utilisation des terres pour les différentes forêts d’ici le 31 décembre 2018 : cet engagement sera tenu pour ce qui concerne les limites des parcs nationaux et réserves. La cartographie de tous les parcs nationaux et réserves a été actualisée à l’exception du parc du Mont Péko. La cartographie actualisée de ce parc sera effective pour la fin de l’année 2018 au plus tard.
  • En ce qui concerne la cartographie actualisée des forêts classées, des dispositions sont prises pour faciliter l’exécution de cette activité par la Société de Développement des Forêts (SODEFOR) d’ici la fin juin 2019, au plus tard.
  • Amender le code forestier : le projet de code forestier est diffusé à l’ensemble des partenaires concernés. Nous espérons l’approbation du nouveau code forestier par les instances compétentes au début de 2019 au plus tard.

Je peux donc vous assurer que le gouvernement de la Côte d’Ivoire honorera les engagements pris dans le Cadre d’Action Commune même si certaines échéances mériteraient d’être revisitées d’accord parties.

Mesdames et Messieurs,
Au terme de mes propos, je vous rassure que la nouvelle politique forestière suscite l’adhésion des parties concernées, en particulier des partenaires intéressés par la gestion des agro forêts.
Les actions menées jusqu’à présent, tant en ce qui concerne la nouvelle politique forestière que l’Initiative Cacao et Forêts, sont le fruit du travail réalisé selon un processus participatif impliquant l’ensemble des différents partenaires tant de l’industrie, du gouvernement que de la société civile.
Les actions seront poursuivies selon la même approche participative en vue de la mise en œuvre de la phase de démarrage de l’Initiative Cacao et la stratégie de préservation, de réhabilitation et d’extension des forêts.
Dans cette perspective, les signataires du Cadre d’Action Commune devront conjuguer leurs efforts en vue de la mobilisation des ressources financières pour la mise en œuvre du plan d’actions de l’Initiative Cacao et Forêts.

Je vous remercie de votre aimable attention

Source et photo: Abidjan.net

5 décembre 2018|Categories: Cooperation, Politique Nationale|